Prédateurs & Psychopathes

Développez votre intuition

Prédateurs et Psychopathes : Traits et comportement (1)

 
La manière dont va le monde en général, et notre pays en particulier, laisse à penser que nous sommes dirigés par des gens décidément pas ordinaires.

C'est en y songeant qu'il m'est venu l'idée de consacrer un dossier aux différents types de criminels que l'on serait susceptible de croiser en temps de chaos ; Notamment les plus fameux qui n'ont pas attendu pour se manifester, à savoir les psychopathes.

Vu leur extraordinaire multiplication en ces derniers temps, je me suis dit qu'il était important de pouvoir les reconnaître. Ceci pour s'en prémunir autant que possible et ne pas devenir leur victime...



Dans un environnement urbain, les criminels tiennent le même rôle que les prédateurs dans la nature. Sauf qu'à la différence des animaux, les stratégies utilisées ainsi que les motivations varient largement de l'un à l'autre. Pour commencer, il est donc important d'établir une distinction entre les diverses catégories.

A la fin du XIX° siècle, le sociologue Enrico Ferri avait déterminé cinq classes de criminels : Les criminels aliénés, les criminels nés, ceux par habitude acquise, ceux par emportement de passion, et les criminels d'occasion. Bien qu'un telle classification soit intéressante, on pourrait très certainement la simplifier davantage. Ce faisant, on s'apercevrait alors qu'il n'existe finalement que deux sortes de malfaisants : Le non psychopathe et le psychopathe.

 

Le non psychopathe


Les criminels non psychopathes sont ceux qui nous sont les plus familiers. Pour ces gens-là, le crime est un mécanisme de survie que les sociologues nomment " la stratégie de la triche ". Une telle stratégie fait référence aux avantages que la tricherie procure en général. Par exemple, une personne va travailler huit heures par jour pour gagner une certaine somme d'argent, qu'une autre va lui voler en quelques minutes seulement. Les gains excédent largement la dépense, la stratégie du voleur est donc très rentable.

Cependant, l'homme est un animal social, et les tricheurs sont rarement tolérés dans une société basée sur les échanges " gagnant/gagnant ", où chacun travaille pour le bien commun et bénéficie en retour d'avantages à parts égales. Pour contrecarrer ceux qui ne suivent pas les règles, la société a donc établi une institution basée sur la revanche et la punition. Même si certains peuvent émettre quelque doute sur l'efficacité dissuasive de cette dernière, il n'en reste pas moins qu'au niveau sociétal, la punition influe directement sur le rapport coût/bénéfice qui profite aux criminels. Si un voleur qui dérobe le fruit du travail d'autrui est appréhendé et jeté en prison pour 5 ans, il trouvera que le coût de son forfait excède largement les bénéfices qu'il en a retirés, et, dès lors, sera bien moins prompt à recommencer.

La prévention du crime nécessite donc de rendre le coût de la tricherie plus grand que les bénéfices qu'elle procure, de manière à inciter les criminels à travailler plus dur. Elle nécessite aussi, dans un même temps, d’accroître leurs chances d'être pris, en instaurant des institutions de poursuite (police) et de répression (justice).

La pauvreté, la bêtise, le manque d'éducation et surtout la fainéantise, constituent les causes les plus courantes du comportement criminel. La plupart des ouvrages qui traitent de sécurité et de défense personnelle font référence aux divers types d'activités criminelles inspirées par la tricherie : se protéger d'un agresseur, prévenir le vol, sécuriser le domicile, etc. Ce genre de crime est logique ; Une personne possède quelque chose dont une autre est dépourvue, et c'est pourquoi cette dernière va vouloir tricher pour l'acquérir. Bien que l'on puisse trouver la méthode condamnable, on peut toutefois comprendre les motivations qui la soutiennent.

Une autre catégorie de comportements adoptés par les non psychopathes sont les crimes passionnels. Ces actes de violence trouvent leur origine dans les troubles émotionnels et les instincts primitifs. Beaucoup de gens ordinaires sont capables de commettre de tels crimes au milieu d'un accès de fureur, dont le viol et le meurtre, surtout lorsqu'ils sont sous l'emprise de drogues ou d'alcool. Bien que leurs actes relèvent de la pathologie, de telles personnes ne sont pas nécessairement des psychopathes.

En temps de chaos, beaucoup des malfaisants auxquels nous serons confrontés vont appartenir à la catégorie des non psychopathes. Parmi toutes leurs motivations, deux vont se détacher du lot :
  1. La faim : Il est évident que le manque de nourriture en période de pénurie sera le facteur déterminant qui poussera bon nombre de gens habituellement honnêtes à commettre des actes criminels dans le but de survivre. Il s'agira pour l'essentiel des pillards et maraudeurs dont nous avons parlé à maintes reprises sur le blog. Peut-être même ferons-nous partie de ces gens-là, à un moment ou un autre...
  2. La libération des instincts : Un autre grand motivateur sera l'absence de droit et la mise en veilleuse des institutions répressives. Les crimes qui rentreraient en temps ordinaire dans la catégorie des " passionnels " vont alors connaître un accroissement phénoménal. Les instincts habituellement réprimés vont se libérer, du fait de la disparition des structures qui permettaient jusque-là de les retenir dans une limite raisonnable. Les viols et le meurtre deviendront monnaie courante, augmentés d'autant par l'effondrement continu des valeurs morales au gré des républiques.
 
 

Les psychopathes


Pour ce qui est de cette deuxième catégorie de criminels, les motivations sous-jacentes deviennent quasiment surréalistes. Bien que les psychopathes utilisent eux aussi la stratégie de la triche, ce n'est que rarement dans le but de survivre. Un millionnaire appartenant à cette catégorie serait prêt à voler un enfant affamé, ou massacrer des populations entières à des fins mercantiles. Dans ce cas, il est évident que le facteur survie n'entre pas en ligne de compte.

Il n'y a pas de logique évidente qui pourrait sous-tendre un comportement pareil. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les psychopathes arrivent souvent à échapper à la justice. Dans les procès criminels, le ministère public est tenu d'attribuer des motifs à la partie défenderesse. Or ces derniers sont parfois si bizarres et si étrangers chez les psychopathes que même si la partie plaignante parvenait à les expliquer, la plupart des jurés ne les croiraient même pas !

Les psychopathes peuvent eux aussi agresser, violer, et assassiner, mais il s'agit rarement de crimes passionnels ; Il s'agit d'un plan froid et calculé qui va permettre à leurs auteurs d'atteindre le but qu'ils se sont fixé. De tous les criminels qui sévissent dans la société, le psychopathe est de loin le plus destructeur, le plus prospère, et le moins compris. C'est pourquoi tout programme d'autodéfense doit commencer par son étude, dans la mesure où il figure en tête de liste dans le classement des plus dangereux prédateurs de la planète.

La psychopathie infecte la totalité du spectre de l'humanité, sans égard à la race, la culture, le pays, le niveau social ou le type de personnalité. Elle est distribuée dans la population de la même manière que l'on naît gaucher. On s'aperçoit qu'une personne est gauchère lorsqu'on la voit écrire ou attraper une balle. Idem pour les psychopathes ; Ils passent en général inaperçus jusqu'à ce qu'on les voit faire une chose qui trahit leur manque total de conscience.

La plupart des gens pensent qu'un psychopathe est une créature rare que l'on trouve uniquement dans les bas-fonds de la société. Or l'inverse est tout aussi vrai. Ils ne sont pas rares mais plutôt communs, et se rencontrent plus fréquemment dans les meetings politiques et les salles de conseil d'administration que de l'autre côté de la barrière. La raison est simple et tient au fait que plus l'environnement est compétitif, plus impitoyables deviennent les stratégies de triche. Dans les hautes sphères du pouvoir et de la finance, l'absence de pitié et de remords est pratiquement un prérequis au succès, et seule une mentalité de psychopathe peut permettre d'y accéder et d'y survivre. Vous comprenez à présent pourquoi les peuples des temps modernes sont dirigés par ce genre d'individus...

A cause des incroyables destructions que les psychopathes entraînent dans la société, il est indispensable à chacun de nous d'être conscient de leur existence, et de connaître leurs principaux traits de personnalité. Le fait de savoir déceler un comportement psychopathique suffisamment tôt est une condition essentielle à la défense efficace contre cette espèce de prédateurs.

 
 

Les points-clés d'un comportement psychopathique


Un vrai psychopathe héberge dans les recoins tortueux de son esprit tordu des caractéristiques très particulières, qu'il est indispensable de connaître si l'on veut avoir la plus petite chance de se défendre.

Parmi ces caractéristiques, certaines sont déterminantes et communes à TOUS les vrais psychopathes. C'est celles-ci que nous étudierons dans le cadre de ce dossier.

 

- Le manque d'empathie


C'est la première de leurs caractéristiques, l'une des plus fondamentales.

L'empathie est la capacité à expérimenter à l'intérieur de soi les émotions et sentiments exprimés par une autre personne. C'est elle qui fait que nous pouvons ressentir ce que les autres ressentent. C'est pourquoi nous sommes inspirés par des œuvres d'art, de musique, ou de poésie. L'empathie nous permet d'expérimenter la grandeur de la vie, le mystère de la Création, et d'être réellement en vie. Elle est à la base même de ce qui fait de nous des êtres humains.

Les psychopathes n'ont aucune empathie d'aucune sorte, et, par conséquent, ne sont ni totalement humains, ni vraiment vivants. Lorsqu'ils voient des gens " normaux " admirer une oeuvre d'art, jouer avec des enfants, se préoccuper d'un animal domestique - ou manifester quelque autre interaction émotionnelle - ils ne peuvent pas comprendre ce que cela signifie.

Les psychopathes réalisent très tôt qu'ils sont différents, et qu'il leur faut agir comme tout le monde s'ils veulent être acceptés dans la société. Ils apprennent alors à mimer ce que font les autres, sans toutefois comprendre la raison pour laquelle ils doivent agir de la sorte. Bien que ce soit des acteurs-nés, une observation minutieuse permettra de mettre à jour des fissures révélatrices dans leur façade. Certes ils en savent assez pour feindre la tristesse lorsqu'un ami est malade, ou la joie lorsque celui-ci est heureux, mais dans les cas ou le psychopathe n'ait pas pré-répété ses actes, son attitude révélera souvent un manque étonnant d'empathie. S'il assiste à des funérailles, par exemple, il mimera les mêmes expression de tristesse que les participants, mais en profitera par la même occasion pour faire des avances à la veuve, sans même réaliser l'inconvenance grossière de son comportement.

 

- L'absence de remords


C'est le deuxième trait caractéristique du psychopathe.

Le remords est l'expression du regret que ressent une personne après qu'elle ait commis un acte jugé par elle-même honteux ou violent. Cette définition interdit d'entrée au psychopathe d'expérimenter un tel sentiment. Sans empathie, il ne peut y avoir d'expression des émotions. Non seulement il ne pourra éprouver de remords, mais ne comprendra pas davantage que ce qu'il fait peut causer du mal à autrui.

Les psychopathes comprennent lorsque les gens sont en colère contre eux à cause de leur comportement, et peuvent alors prétendre qu'ils sont désolés. Cependant, et contrairement à la majorité des êtres humains, ils ne sont absolument pas tourmentés par un quelconque sentiment de culpabilité. Le remords est une émotion négative puissante qui provoque du désarroi chez ceux qui le ressentent, désarroi qui se transforme souvent en comportement de dépréciation ou d'autodestruction. Le psychopathe pourra prétendre ressentir du remords, mais sa véritable attitude n'aura aucunement changé ; Il continuera à faire du shopping, à s'amuser dans les soirées, et n'aura aucun problème pour dormir la nuit...

 
 

- Le mensonge compulsif


Vivre aux dépens des autres serait une chose impossible dans une société rationnelle. Les psychopathes ont résolu ce dilemme grâce à leur arme première : Le mensonge.

Le mensonge sert de ciment à la vue qu'ils ont d'eux-mêmes, à leur univers privé, et facilite leur besoin de vivre en parasites sur le reste de la société. Sans empathie, honte ni remords, ils sont libres de mentir aussi souvent et aussi outrageusement qu'ils le désirent. La plupart des gens rougiraient, seraient en nage, ou trembleraient s'ils essayaient de déformer la vérité à un tel niveau. Chez les psychopathes, le mensonge est aussi facile et naturel que le fait de respirer. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle durant les interrogatoires, ils arrivent souvent à tromper les détecteurs de mensonge.

Ils sont si bons dans cet art qu'ils peuvent berner les meilleurs psychiatres et même d'autres psychopathes. Ce qu'il est important de retenir est que suivant les circonstances, ils peuvent quasiment tromper tout le monde.

 

- La manipulation


Fonctionnant de pair avec l'extraordinaire capacité du psychopathe à mentir, vient son habileté à manipuler les autres pour son profit exclusif. Ayant passé leur vie à nous étudier, les psychopathes sont des maîtres dans l'art de la manipulation, et des experts dans la connaissance des " boutons " à actionner pour utiliser nos émotions à notre encontre. Ils se servent de ce talent pour garder ceux qui les entourent confus, incapables de penser clairement, et ne sachant plus sur quel pied danser.

Les psychopathes apprennent aussi très tôt combien leur personnalité peut avoir d'effets traumatisants sur celle des non psychopathes, et la manière d'en profiter pour atteindre leur but. Comme une anguille qui assomme sa proie avec un électrochoc, la personnalité inhumaine du psychopathe et son étrange capacité à manipuler peuvent psychologiquement étourdir ses victimes désignées.

 
 
 
A côté de ces traits fondamentaux, il en existent d'autres, tels que la superficialité, l'excentricité, l'irresponsabilité, l'impulsivité... Sans être inintéressantes, ces caractéristiques sont plutôt secondaires et non exclusives aux psychopathes. Je n'ai donc pas jugé indispensable de les détailler ici.


Nous venons de passer en revue les traits principaux qui font des psychopathes ce qu'ils sont. Ce qu'il est amusant de constater, si l'on peut dire, c'est que l'immense majorité des personnages politiques de premier plan et des " grands " de ce monde, au vu de leur comportement affiché, collent de manière presque parfaite à leur description !

Mais il est probable que je me trompe et que tout cela ne soit que pure coïncidence...


Source : Librement inspiré des écrits de Stefan Verstappen.

 

 

 

Survivre Au Chaos

 

Prédateurs et Psychopathes : Le mode opératoire (2)

Posted: 17 Aug 2016 10:00 PM PDT

En première partie de ce dossier, nous avons étudié les deux grands types de criminels, et en particulier les psychopathes à travers leurs caractéristiques fondamentales.

Dans cette seconde et avant-dernière partie, nous verrons quelques spécimens de cette espèce, ainsi que leur mode opératoire.

Je crois personnellement que ces articles sont extrêmement importants. Ils vous aideront non seulement dans votre vie actuelle, pour éviter les pièges et déjouer les malfaisants, mais aussi et surtout dans un contexte de chaos, pour votre propre survie et celle de votre famille...



Bien que possédant tous des traits communs, il existe différents types de psychopathes. Leur étude complète ne rentre pas dans le cadre de cet article, aussi nous ne les présenterons que brièvement, pour nous attarder sur ceux que nous sommes susceptibles de rencontrer en période de chaos et qui nous intéressent plus directement.

 

Le psychopathe narcissique


Ce genre de spécimen nécessite une source constante de " matériel narcissique " tel que l'attention, l'adoration, la reconnaissance, les prix ou distinctions, et la louange.

Le premier type, le narcissique somatique, retire une grande fierté de son look et de son apparence. Celui-ci (ou celle-ci) n'arrêtera pas de vanter ses exploits sexuels ou ses accomplissements, et faire étalage de ses jouets (voitures ou " poules " de luxe, etc.). Le second, le cérébral, est un adorateur de son propre esprit. Il va donc être arrogant, condescendant ; Il sait tout et se vante d'être plus intelligent que tout le monde.

On trouve beaucoup de femmes psychopathes dans cette catégorie. Dans ce cas, elles apparaîtront comme impuissantes, pitoyables, émotionnellement fragiles, persécutées, et sexuellement vulnérables. Elle feront semblant d'être sincères et vous remercieront de la gentillesse que vous pourriez leur témoigner... Tandis que derrière le masque se cache un prédateur rusé, impitoyable, et sans amour. Souvent, en utilisant le sexe comme appât, elles peuvent jongler avec plusieurs victimes à la fois et les vider de leur vie et de leur argent jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien, puis changer de ville ou de pays pour éviter les poursuites.

Le film américain de 1987 " La veuve noire " avec la jolie Theresa Russell, met en scène un parfait exemple de psychopathe narcissique femelle.

 

Le psychopathe malveillant


Vous pourriez me dire que tous les psychopathes sont malveillants, certes. Disons que celui-ci est le plus méchant. C'est le sociopathe que l'on voit au cinéma dans tous les thrillers et films d'horreur. C'est celui qui bat sa femme ou ses enfants, le meurtrier, le tueur en série, celui qui harcèle, qui viole, qui interroge, le sadique, le pédophile, le gangster, le terroriste... C'est un vrai criminel de carrière, qui peut accumuler des antécédents judiciaires depuis son plus jeune âge.

 

Le psychopathe professionnel


Le psychopathe malveillant est le plus dangereux, mais celui de cette espèce est le plus destructeur. Si le nombre de victimes peut se compter en douzaines pour le premier, celles du psychopathe professionnel se chiffrent en millions voire dizaines de millions.

De tels monstres ont émaillé l'histoire de génocides, de destructions de nations et d'empires entiers. Ils s'appellaient Staline, Pol Pot, Yvan le terrible, Caligula, entre autres. A une époque plus récente, des gens comme J.P. Morgan, Randolph Hearst, et Mayer Rothschild, sont autant de psychopathes professionnels qui ont rejoint le pinacle de la finance où ils ont causé autant de misères et de destructions que leurs homologues politiques.

Ces individus sont identiques aux psychopathes dangereux, aussi narcissiques et sans remords aucun, sauf qu'ils sont plus intelligents. On peut les rencontrer dans tous les domaines, mais plus généralement dans les gouvernements, les entreprises multinationales, et parfois les religions...

 
J.P. Morgan : l'un des plus grands psychopathes de l'histoire
 

Les psychopathes secondaires


A côté des psychopathes génétiques, c'est à dire nés avec les caractéristiques propres à leur état, il existe une seconde catégorie : les psychopathes secondaires. Cette catégories de malfaisants nous intéresse au plus haut point dans le cadre de notre étude des prédateurs en temps de chaos. Le genre de psychopathes qui la compose peut être créé de deux manières : Soit à partir de trauma, soit à travers les groupes.

- Les traumas par accident, abus de drogues, ou abus psychologiques, peuvent détruire la partie du cortex frontal où siègent habituellement l'empathie et la conscience, rendant ceux qui en ont souffert aussi incurables que les psychopathes nés. La seule exception étant les drogués, éventuellement susceptibles de regagner une certaine normalité par une cure de désintoxication, à condition que le cerveau n'ait pas été endommagé.

Bien entendu, les guerres elles-mêmes, comme toutes les périodes de dureté extrême sur les plans physique et psychologique, sont susceptibles d'engendrer des traumas irréversibles. Le sergent Barnes, psychopathe meurtrier dirigeant le peloton dans le film " Platoon " en est un bon exemple.

- La deuxième catégorie regroupe les psychopathes qui ont été " formatés " par le groupe. Ces gens-là nous intéressent plus directement.

Il y a certains groupes qui vont attirer les psychopathes à cause des opportunités de pouvoir et d'influence que leur appartenance est susceptible de procurer. Généralement, de tels groupes vont rapidement se retrouver menés et dominés par des psychopathes. Mais le point à retenir est que les autres membres non psychopathiques du groupe auront à devenir eux-même psychopathes s'il veulent survivre.

Par exemple, dans un gang de rues, les sociopathes font les meilleurs leaders, aussi la plupart de ces gangs auront un psychopathe à leur tête. Les autres psychopathes étant eux aussi attirés par la violence et le pouvoir, le tout réuni va créer un véritable "système psychopathique ". Le gang entier devient alors une entité du même nom à part entière. Les individus jeunes non psychopathes qui doivent cohabiter dans un même territoire se verront donner deux choix : Soit devenir une victime du gang, soit le rejoindre. Dans ce dernier cas, la nouvelle recrue devra adopter le système de valeur du groupe et se comporter de telle manière qu'elle deviendra rapidement un psychopathe secondaire.

Cela signifie que dans un contexte de chaos, plus que dans n'importe quel autre, TOUS les membres de gangs ou de criminels seront des psychopathes, et non pas seulement les leaders. Nous reviendrons sur ce point.

Il est aussi fondamental de comprendre qu'une foule ne possède pas de conscience. Les individus qui la composent pourraient ou pas en avoir, mais dès lors qu'ils intègrent une foule, ils n'en auront plus. La plupart des organisations humaines depuis les gangs de rue jusqu'aux multinationales telles que Monsanto, Bayer et autres sont des " foules ", des masses de personnes œuvrant à un but commun. Ce serait une erreur grossière que de leur accorder notre confiance dans la mesure où ces organisations ou ces foules pourraient devenir des prédateurs en un instant et vous soustraire de vos biens, argent, santé mentale, et sources de subsistance. D'ailleurs, c'est ce qu'elles font déjà...

 
 

Le modus operandi des psychopathes


L'une des principales faiblesses des psychopathes est qu'une fois qu'on les a étudiés et que l'on a compris leur manière de fonctionner, ils deviennent prévisibles. Bien que les tactiques varient d'un à l'autre, la plupart des psychopathes suivent une ligne similaire, que ce soit au niveau individuel ou organisationnel. Leurs stratégies sont les suivantes :

 

L'interview


Les psychopathes sont des experts de la lecture à froid. Ce terme, utilisés par les psychologues pour décrire la manière dont les diseurs de bonne aventure et autres voyants sous-tirent des informations à leurs clients et à leur insu, décrit la capacité à deviner rapidement la personnalité d'un individu à travers sa communication verbale et non verbale.

La technique est simple ; Elle consiste à poser des questions, puis et à observer les réponses. Les psychopathes commenceront ainsi à vous " lire " au stade que l'on nomme celui de l'interview. Le but de cet interview est de vous juger en tant que victime potentielle. De cette manière, le psychopathe va prendre note mentalement des différents moyens qui lui permettraient de vous manipuler.

Apprendre à en dire le moins possible et observer davantage lors d'une première rencontre sont les moyens les plus facile de se défendre. Dans les occasions mondaines, vous pouvez être affable sans toutefois révéler des informations personnelles qui pourraient être utilisées contre vous plus tard. Souvenez-vous que le fait de vous connaître est un privilège qui devrait être gagné avec le temps.

 

La séduction


Une fois que le psychopathe aura déterminé que vous ou votre organisation peuvent être des victimes potentielles, la prochaine étape sera celle de la séduction. Suivant le résultat de son interview, le psychopathe va " tailler " une séduction adaptée à votre personnalité. Si vous êtes concerné par l'apparence, il va flatter votre look ; Si vous doutez quant à votre éducation, il vantera votre intelligence. Si vous êtes cupide, il voudra dévoiler des informations secrètes qui vous permettraient de devenir riche rapidement ; Si vous êtes peureux, il se fera passer pour quelqu'un qui peut vous protéger, etc.

Au niveau personnel, un psychopathe vous enveloppera de louanges et d'attention dans un tourbillon de romance. Il fera en sorte que sa présence soit amusante et excitante de manière à ce que vous deveniez accro à la montée d'adrénaline qu'elle vous procure. Sur le plan organisationnel, le psychopathe va faire semblant d'être l'employé parfait, le disciple le plus pieux, le fonctionnaire le plus dévoué. Il va travailler pour se faire bien voir par tout le monde ; Depuis le portier jusqu'aux détenteurs du pouvoir. Pour cela, il n'hésitera pas à être un délateur éhonté et un lécheur de bottes.

A ce stade du jeu, le meilleur conseil serait celui donné par le vieil adage : " Si quelque chose paraît trop beau, c'est que ça l'est "...

 
 

La division et la conquête


De la même manière qu'une horde de lions va tenter de séparer leur proie du reste des gazelles, les psychopathes vont essayer d'isoler leurs victimes du reste de l'humanité. Ils accomplissent cela en adoptant la tactique du " Diviser pour régner ". Dans le cadre d'une relation personnelle, le psychopathe va saboter et miner les relations qu'a la victime avec le reste de sa famille et de ses amis. Exaspérés par le drame et les coûts associés, ces derniers vont alors couper toute relation, laissant la victime sans le support et la guidance de son groupe social.

Dans un contexte organisationnel, les psychopathes seront les membres du conseils d'administration des grandes entreprises, ou des politiciens de bureau (chefs de partis politiques, de ministères, etc). Ils vont chercher à créer des factions au sein de leur organisation - voire de la communauté représentée par leurs élus - puis monter ces factions les unes contre les autres dans le but de créer autant de chaos que possible. Les psychopathes nagent dans le chaos comme des poissons dans l'eau ; Au plus il y en a, meilleur c'est.

Secrètement, ils vont commencer à attirer de leur côté d'autres collègues psychopathes, les crédules et faibles d'esprit, tout en intensifiant leurs efforts pour que les membres les plus talentueux, honnêtes et incorruptibles - ceux qui pourraient avoir la force de caractère suffisante pour dévoiler leurs manigances - soient chassés de l'organisation. Ils empoisonnent leur environnement d'une variété de façons pour que chacun deviennent irritable, nerveux, et incapable d'accomplir son travail. Le contrôle de l'organisation va alors glisser progressivement dans les mains de celui ou de celle qui est la cause de son dysfonctionnement, à savoir le psychopathe qui est à sa tête.

La situation politique actuelle en France et dans beaucoup de pays du monde est l'expression même de ce processus. L'immense majorité - pour ne pas dire la totalité - de ceux qui nous gouvernent sont des psychopathes avérés. Si vous reprenez chacun des points énoncés dans nos articles, vous remarquerez qu'ils correspondent exactement à la personnalité et aux agissements de nos dirigeants.

A ce stade, la seule défense possible est de fuir. Vous ne pourrez pas gagner la bataille dans la mesure où la cruauté impitoyable du psychopathe va cisailler toute contre-attaque que vous pourriez concevoir. Le temps que vous sentiez la fumée, le psychopathe aura déjà volé les extincteurs ! S'il s'agit d'une relation personnelle, coupez les ponts et fuyez. Dans un cadre professionnel, trouvez-vous un nouveau travail. Dans celui d'une nation, sortez du système et retirez-vous dans les montagnes, comme le préconise la Bible des derniers temps, ou devenez un expatrié...

 

La peur et la tyrannie


Le dernier stade de la stratégie du psychopathe est la tyrannie ; Celui du contrôle sadique et absolu de la ou des victimes. Dans le cadre d'une relation personnelle, la lune de miel est terminée et les masques tombent. Le psychopathe devient soudainement suspicieux, abusif, et violent. Au lieu de flatterie et d'attention, ce sont désormais la peur, l'intimidation, l'extorsion, et le matraquage psychologique.

Au niveau organisationnel, on voit les bénéfices et salaires des ouvriers diminués, tandis que les horaires de travail, les quotas de production, et la surveillance augmentent. Les employés sont devenus des esclaves, rouages impuissants et remplaçables à souhait, dans une machine qui ne fonctionne plus qu'au profit exclusif des pervers qui la dirigent.

Au niveau national, les états gouvernés par des psychopathes deviennent corrompus et policiers, constamment en guerre avec des ennemis imaginaires et/ou créés. La population toute entière devient elle-même paranoïaque et névrotique. Au niveau individuel, elle se meut en autant de psychopathes secondaires.

Il y a peu de chance de fuir et d'échapper en toute sécurité. Au lieu de cela, on est laissé avec peu d'alternatives sinon celles de serrer les dents et prier pour un sauveur providentiel, la mort des psychopathes, ou la destruction du système et de toutes ses composantes lors d'un effondrement majeur...

 


Dans une culture psychopathique, tout le monde doit adopter une attitude impitoyable comme stratégie de survie. C'est la psychopathie de groupe que nous avons évoquée précédemment. Les cœurs s'endurcissent de plus en plus ; Les valeurs fondatrices de la civilisation disparaissent petit à petit, laissant place à une douce barbarie. On se tatoue comme les singes des tribus primitives, on se drogue, on vocifère dans les rues en cassant tout ce qui s'y trouve ; On baise à tout va, des femmes, des fillettes, des hommes, des bêtes... On sacrifie des enfants, jusque dans le ventre de leur mère. C'est le règne de Mammon, la grande Babylone.

A ce stade, on est arrivé à la sixième et avant-dernière parole du Christ sur la croix : Tout est consommé ; Il ne reste plus qu'à remettre son âme entre les mains de Dieu.

Une fois parvenu à ce point, il n'existe plus de remède, sinon l'éradication de l'espèce par cataclysme naturel ou humain ; La main vengeresse du Créateur pour effacer l'orgueil et sauver le peu de créatures auxquelles il reste un brin d'humanité. En ferons-nous partie ?


Source : Librement inspiré des écrits de Stefan Verstappen.

Publié le: samedi 12 décembre 2015 (951 lectures)
Copyrights © par Conscience et Inconscient

Format imprimable  Envoyer cet article à un(e) ami(e)

[ Retour ]