EAU COLLOÏDALE

préparation d'Eau à tout faire ou presque

 



L'eau d'argent colloïdale est une suspension de particules d'argent microscopique dans de l'eau ultra pur et rien d'autre. quand on dit eau colloïdale, on peut aussi avoir de l'or colloïdale donc on devrait dire de l'eau d'argent colloïdale.



L'eau d'argent colloïdale agirait en interférant avec le processus vital des êtres monocellulaires, c'est la finesse de la particule d'argent, plus importante que la concentration qui fera la différence. 

On peut donc dire qu'un petit courant (comme un petit marteau), va déloger de petites particules, très lentement. Alors qu'un gros courant ira déloger de grosses particules rapidement. D'ou l'intérêt d'un générateur de ce type.
 

Question a un spécialiste, Antonio, distributeur et fabricant du matériel présenté sur ce site, le CSG01F, un générateur d'eau d'argent colloïdale.


Son site internet : www.maestro-zapper.org




En fonctionnement. 

je fabrique de l'eau colloïdale à partir d'eau distillée que je vortex et ré informe avec des cristaux de roche. prochaine étape, fabrication d'eau ultra pur avec une solution solaire (évaporation)

L'eau d'argent colloïdale est fabriquée pour avoir une solution à tout faire dans mes sacs de survie et au quotidien. 



 
Aucun accord commercial avec le site Maestro-zapper, j'ai acheté mes appareils comme vous le ferez vous même si vous passez par la case achat, c'est la qualité de l'appareil et son prix qui font pour moi, la différence. 

L'Argent Colloïdale fait merveille pour les blessures et les ... ites (comme dans sinusite)

Mais si le "patient" a les reins fragiles ou engorgés, l'hécatombe provoquée par l'AC risque de lui faire passer un très mauvais quart d'heure, car  les problèmes d'élimination peuvent être sérieux.  Commencer très progressivement...
Quand c'est trop efficace... trop c'est trop, même pour l'efficacité.



Question : 
Je fais de l'eau vitalisée via osmoseur inverse, cruche a vortex, shungite et cruche terre de lys, mais l'eau de l'osmoseur n'est pas assez pure. Est ce que l'utilisation de l'eau déminéralisée pose problème ou faut il utiliser de l'eau distillée uniquement ?
 

 
Votre question a une réponse qui sera longue, car ses implications sont nombreuses.
Si d'autres questions surviennent, je me ferai un plaisir d'y répondre au mieux.
Le sujet n'est pas très compliqué, mais embrouillé à souhait par des distributeurs n'ayant pas toujours une vue d'ensemble.
 

Commençons par une toile de fond...
  
Il n'y a aucun instrument sur le marché actuel qui mesure la quantité de ppm (parties par million) d'argent dilué dans l'eau. 
Il n'y a non plus aucun instrument sur le marché actuel, chiffrant la "qualité" du produit généré.
 
Seulement un laboratoire très bien équipé peut donner des chiffres pour l'échantillon fourni, qu'il faut ensuite interpréter.
 
Il y a actuellement, une guerre d'arguments sur ce qui fait agir  l'AC.  Est ce l'argent "neutre", qualifié "d'argent métallique" (?!), ou les ions positifs d'argent, qui se détachent des fils?  Même le terme "colloide" est décrié par plusieurs. Tout se fait donc par comparaison boiteuse et empirique.  Et pourtant, "ça" marche!!
 
Soyez prudent avec vos affirmations...
 
Le procédé employé par le CSG01F-Auto est appelé (il y a différent noms) électrolyse à bas voltage. 
C'est le procédé le plus employé dans les générateurs d'argent colloidal domestiques.
 
Dans ce procédé, un voltage d'environ 20 à 36V continu est appliqué.
 
Les modèles les plus simples comptent sur la résistance de l'eau, sur une résistance ou sur une ampoule à incandescence pour limiter le courant, qui peut ainsi monter à 30mA et plus.  Le courant augmente de façon exponentielle: Presque nul au départ, plus il y a d'argent dans l'eau, plus la résistance baisse, et plus le courant augmente.
 
L'électrode négative génère des électrons et décompose l'eau en oxygène. Cette électrode va donc s'entourer d'oxyde d'argent, à l'aspect d'un velours dérangeant à la vue, mais pas "mauvais", sinon qu'il va déranger les mesures faites à ce moment là.
 
L'électrode positive a relâché des charges positives sous forme d'ions (positifs) d'argent, qui ayant la même charge, vont se repousser et rester en suspension dans l'eau.  Ils vont aussi décomposer l'eau en hydrogène, qui mélangé à l'argent vont faire un dépôt grisâtre et moins dérangeant à la vue.
 
Ces dépôts seront moins présents si la sortie change de polarité régulièrement (disons à chaque 10min.)
 
La génération se fait principalement ENTRE les électrodes.  La concentration sera donc maximale là, et moindre autour des électrodes.
Pour rendre le tout plus homogène, certains générateurs (fabriquant plus de 250ml) agitent/mélangent le tout.
 
Beaucoup d'expérimentateurs utilisent des instruments mesurant la conductivité de l'eau potable telle que produite par les usines de filtration, et en font une conversion (variable suivant les standards) en ppm-TDS, ou parties par million du Total des Solides Dissous.
 
L'eau potable peut avoir de 150ppm-TDS à 500ppm-TDS, pour être qualifiée de "potable".
 
Dans ces instruments, 1 ppm-TDS = 2 uS (micro-Siemens)
Avec l'argent, 1ppm-Ag =~ 1uS
 
Alors vous verrez toute sorte de discussions sur la concentration, basées toutes sur le ppm, alors que cette mesure (1% de 1% de 1%) reste un pourcentage relatif.  ppm DE QUOI?!
 
Dernière note: L'argent colloidal agit (semble-t-il) en interférant avec le processus vital des êtres monocellulaires. Pour agir, il doit être assez "fin" pour pénétrer leur membrane.  La qualité de la finesse va facilement l'emporter sur la valeur de la concentration.
 
Un petit courant (comme un petit marteau) va déloger de petites particules, très lentement.  Un gros courant (comme une grosse masse) va déloger de grosses particules, rapidement.
 
L'être humain, n'ayant pas besoin d'argent dans son métabolisme, s'en débarrasse rapidement sans l'accumuler et cette élimination se fera d'autant plus facilement que les particules sont petites.
 
Voilà pourquoi l'argent peut être considéré aussi toxique que le mercure, quand les particules sont grosses, et inoffensif, lorsque les particules sont microscopiques (colloides
Voilà pour la toile de fond.
 
Venons maintenant à votre question: 
 
Les eaux osmosées, de source ou déminéralisées répondent à des standards très divers. Par exemple, l'eau osmosée est "meilleure" pour une consommation humaine, et l'eau déminéralisée (jusqu'à quel point) est bonne pour les batteries de voiture.
 
Toutes ces eaux peuvent avoir facilement jusqu'à 50ppm-TDS, et être vendues comme "pures" - Pures pour quoi, pour qui?
 
Le CSG01F-Auto a un arrêt automatique qui fonctionne comme suit: Un circuit électronique surveille la tension entre les électrodes (équivalent de mesurer la conductivité de l'eau).
Ce circuit est TRÈS sensible, et va mesurer/détecter/déclencher avec des mesures de 9 à 18uS (4.5ppm-TDS, à 9ppm-TDS)
  
Si vous utilisez une eau ayant 30ppm-TDS (eau déminéralisée), il déclenchera avant même d'avoir commencé.
Cette eau est, dès le départ, trop "polluée" pour NOTRE usage. 
Une eau distillée, est, par définition, déminéralisée, mais sa pureté fait descendre la mesure en uS, à 1 ou 2 max.
Elle sera juste bien pour notre usage.
 
D'autres considérations surgissent de temps en temps dans les forums, comme le fait que l'argent colloidal obtenu par électrolyse bas voltage, a un "mélange" de 80% à 85% d'argent ionique, et 15% à 20% d'argent neutre.  Les instruments de mesure ne voient que l'argent ionisé (80%), donc les puristes vont appliquer un facteur de correction de +20% à leur mesure. 
 
Important?  Pas à mes yeux
 
Si l'argent colloidal est déjà actif à 3 à 5uS, et que nous avons fait "quelque chose" aux environs de 16uS, que le mélange fasse 13uS, 16uS ou 19uS, quelle importance pour le microbe, qui au lieu de mourir en faisant "Hah!!" meurt en faisant "Hurrgh!" (:-))
 
Dernières notes sur le CSG01F-Auto: Il a été conçu comme générateur domestique et d'urgence, pour de petites quantités.
 
Ces petites quantités le dispensent d'un inverseur de polarité (Arrêt automatique avant que les électrodes ne deviennent trop sales) et le dispensent d'un agitateur d'eau (Le contenant est assez petit pour que la différence de concentration soit minimale et acceptable)
 
Sa source de courant constant le mettent à l'abri de la génération de particules trop grosses.  Son arrêt automatique en font une génération aisée... à condition d'utiliser exclusivement de l'eau distillée.
 
En cas d'urgence, une eau "quelconque" fera l'affaire, avec le mode manuel, en l'arrêtant lorsque le mélange devient très légèrement doré (une saturation commence à se former), ou que, tenant compte de la quantité et du temps, nous jugeons que "c'est assez"
 

Lors de votre documentaire: 
 
Il y a deux "points" intéressants, à montrer, entre autres:  C'est ce que j'appelle la "phase_1" et la "Phase_2" 
Dans la phase_1, le courant augmente de 100uA à 150uA, vers 1mA.  Dans cette phase, le voltage à la sortie ne bouge pas.  Nous travaillons à voltage constant et courant variable.
 
Dans la phase_2, le régulateur de courant entre en fonction, et empêche le courant d'augmenter, dans notre cas, au delà de 1mA.
 
À partir de là, le courant devient constant, et le voltage va varier (descendre), ce qui permet une détection aisée du voltage de sortie, et de le convertir en uS.  Plus le voltage est bas, plus la concentration en uS est haute.
 

Quand on comprend ce qui se passe derrière la scène, il devient plus facile de comprendre ce qui est important et ce qui l'est moins.
Savoir égalant pouvoir, tenir les clients dans l'ignorance augmente le pouvoir des vendeurs... 
 
Je ne suis pas vendeur, mais vulgarisateur.  Les ventes ne sont qu'un effet secondaire... (:-)
 
J'espère que ces informations vous permettront de mieux raconter avec "du bon sens" ce qui se passe dans votre documentaire.
 
 
Cordialement
 
Antonio
 


Publié le: mardi 21 janvier 2014 (3100 lectures)
Copyrights © par l'info ENVIRONNEMENT & Nouvelle RÉALITÉ

Format imprimable  Envoyer cet article à un(e) ami(e)

[ Retour ]